Définitions et Indications
Définitions
« La réadaptation nécessite un programme comprenant des objectifs et une échéance, destiné à permettre à une personne déficiente d'atteindre un niveau fonctionnel, mental, physique et/ou social optimal en mettant à sa disposition des moyens de changer ses conditions de vie. Ce programme peut inclure des démarches visant à compenser une perte de fonction ou une limite fonctionnelle (par exemple par des aides techniques) et toute autre mesure visant à faciliter l'adaptation sociale ou sa restauration. » Définition des Nations Unies 1983

Nous pouvons y ajouter la définition proposée par le « groupe philosophie » dans le texte intitulé « La médecine de réadaptation », publié par le Conseil Consultatif de la Réadaptation auprès de l’I.N.A.M.I.(1).

«La Réadaptation comprend les activités multidisciplinaires coordonnées qui visent à promouvoir des activités et des participations chez les personnes présentant des limitations fonctionnelles et ce, en tenant compte des facteurs externes et personnels pertinents.

La Médecine de réadaptation est la spécialité médicale qui s'occupe avant tout de l'optimalisation des activités et des participations chez les patients présentant des anomalies ou des pertes de fonctions organiques ou structures anatomiques.

Le médecin spécialiste en réadaptation tient parfaitement compte des opportunités et des empêchements tant au niveau personnel que de l'entourage. Le rétablissement des fonctions peut constituer en soi un élément important du processus de rééducation fonctionnelle et faire ainsi partie de la médecine de rééducation fonctionnelle, cependant uniquement à la condition que le rétablissement des fonctions soit complété sur le plan des activités et des participations. L'acte médical qui n'a pas pour objet des soins la totalité de la déficience, de l'activité et de la participation, peut difficilement être qualifié de médecine de rééducation fonctionnelle et s'inscrit davantage sous les normes d'une autre discipline curative de médecine primaire. (…) »

Selon la Classification Internationale du Fonctionnement (CIF OMS 2001), un trouble se réfère à l'absence ou à une anomalie d'une fonction psychologique ou physiologique ou d’une structure anatomique. Le trouble peut engendrer une modification tant de la nature et du niveau que de la qualité du fonctionnement de la personne. Il s’agit ici d’une limitation de la capacité de la personne à exécuter des activités normales. Enfin, la personne peut avoir des difficultés à participer à diverses situations sociales. Cette participation peut elle aussi être limitée en termes de nature, de niveau et de qualité. Elle dépend en partie des possibilités individuelles de l’intéressé mais aussi des facteurs contextuels.

La réadaptation offre un diagnostic et un traitement interdisciplinaires. Elle vise le rétablissement ou l’amélioration de troubles fonctionnels/structurels, un fonctionnement plus adéquat de la personne, une plus grande participation de la personne à différentes situations de vie et une meilleure adéquation de l’environnement aux besoins spécifiques de la personne. La réadaptation s’inscrit en ce sens dans le cadre plus vaste des soins de santé. Elle se situe ainsi dans une zone de contact avec divers secteurs connexes : le réseau, par exemple le secteur des soins aux handicapés, le secteur médical, le secteur de l’enseignement ...

Indications
Les personnes présentant divers troubles et/ou besoins d’assistance peuvent être adressées vers les centres de réadaptation ambulatoire. Pour décrire les indications, nous utilisons divers points de vue. Tout d’abord, nous faisons une distinction entre les indications pour la phase diagnostique et les indications pour la phase thérapeutique.

Les personnes chez qui l’on soupçonne la présence d’un trouble correspondant aux groupes cibles des centres (voir plus loin) peuvent être adressées aux centres de réadaptation ambulatoire pour un diagnostic interdisciplinaire.

En ce qui concerne la phase de traitement, il y a quelques conditions générales auxquelles il faut répondre pour démarrer un processus de traitement dans un centre de réadaptation ambulatoire.

Une première condition générale à remplir est la nécessité d'une prise en charge interdisciplinaire. La réadaptation dans les C.R.A. est axée sur des problématiques complexes ayant trait à plusieurs systèmes fonctionnels ou domaines de développement et qui placent également l'entourage face à de nombreux défis. Elle doit toujours impliquer un pronostic d'amélioration.

Par ailleurs, la réadaptation ambulatoire doit être le programme thérapeutique le plus adéquat pour satisfaire aux besoins d’assistance de la personne et de son entourage.

Enfin, ces programmes thérapeutiques impliquent une volonté minimale de collaborer ou de changer.